Demandez votre devis
Un bon ramonage vous aide
à réduire votre consommation de bois et à optimiser le rendement de l'installation
Le ramonage c'est aussi se protéger des risques d'intoxications
Le ramonage c'est aussi se protéger des risques d'intoxications
Un bon ramonage vous aide à réduire votre consommation de bois et à optimiser le rendement de l'installation
Un bon ramonage vous aide
à participer au maintien de la qualité de l'air
Se chauffer au bois c’est aussi préserver les énergies fossiles
Un bon ramonage vous aide à participer au maintien de la qualité de l'air
Un bon ramonage vous aide
à protéger les biens et les personnes
Le ramonage c'est aussi se protéger des risques d'intoxications
Avec une centaine de décès chaque année, le monoxyde de carbone représente la première cause de mortalité par toxique en France
Un bon ramonage vous aide à protéger les biens et les personnes

Environnemental

Combustion incomplète et risques de cancer

Pollution de l’air extérieur

Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) a annoncé jeudi 17 octobre 2013, qu’il classifiait la pollution de l’air extérieur comme cancérogène certain pour l’homme, et ce, quelle que soit la région du monde où l’on réside.

Dans les grandes villes, les feux de bois peuvent rapidement contribuer au dépassement de certaines limites réglementaires de pollution de l’air, dont en microparticules et suies. Selon la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie (DRIEE) ils comptent pour 23 % des émissions de ces particules en ile-de-france, c’est-à-dire autant que l’échappement des véhicules routiers.

Une seule certitude a été établie : la combustion domestique de combustible biomasse (essentiellement le bois) provoque le cancer du poumon à l’intérieur des habitations.

Le CIRC classe actuellement les émissions de source intérieure dues à la combustion domestique de biomasse (essentiellement le bois) dans le groupe des cancérogènes probables pour l’homme (groupe 2A).

déveLoppement du bois éneRGie

Dans différents pays, le développement du bois-énergie, dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables, fait craindre une aggravation de la pollution atmosphérique, notamment par les particules fines ; les problèmes de pollution atmosphérique générée par le bois énergie concernent avant tout le chauffage au bois résidentiel.

« L’émission de poussières fines PM10 produites par la combustion du bois dans les poêles et cheminées domestiques est l’un des problèmes les plus sensibles en Italie et dans les pays européens, en particulier dans les pays germanophones. L’Allemagne, la Suisse et l’Autriche évoluent dans ce sens avec l’installation d’appareils à haut rendement et basses émissions de CO2 et de poussières totales ainsi qu’avec l’application d’un entretien correct des appareils existants. ».

En france, Airparif, par exemple, estime qu’il est nécessaire de prendre très sérieusement en compte la pollution particulaire générée par le chauffage au bois :

« Le chauffage au bois étant préconisé dans la lutte contre le changement climatique, une prise en compte de cette source de particules semble primordiale pour que son développement ne vienne pas à terme compromettre les efforts de diminution de la pollution atmosphérique entrepris par ailleurs ».